baraka[1]

Si la perfection devait se limiter en un unique film, Baraka serait l'heureux élu ! Loin de tous les clichés répandus par les docus fictions d’aujourd’hui, ce long métrage rempli parfaitement son cahier des charges, et offre bien plus que ça. Dès les premières secondes le spectateur se retrouve hypnotisé dans cet univers tellement lointain, mais pourtant si proche en réalité. La musique comme seule son se veut d'une richesse rarement égalée. S'adaptant parfaitement aux lieux présentés, elle finit de nous téléporter dans ces espaces si variés, et dont on refuserait catégoriquement de les voir partir de notre écran. Les mots sont insuffisants pour qualifier ce spectacle magistrale de la vie. Parfois effrayant, la grâce omniprésente finit toujours par l’emporter. Ainsi, tout ce que nous pensions connaître se retrouve mis en suspend, afin d’être montré sous sa véritable identité. Ne cherchez pas de messages, ni même de significations , il n'y en a pas (ou peu). Vous l'aurez compris ce n'est donc pas un film auquel nous avons affaire, mais une représentation de ce qui nous est malheureusement invisible. Si nous ne devions retenir qu'une seule et unique chose ? Nous ne représentons finalement rien dans ce vaste monde, dont la beauté et le sens nous échapperont toujours.

 

MA NOTE : 20 / 20